C’est en cherchant une définition de la foi que je l’ai trouvée

À mon arrivée dans Al-Anon, je n’avais ni foi en moi ni en ma Puissance Supérieure.

Certaines personnes utilisaient la foi comme un moyen d’éviter de penser trop intensément aux circonstances. Pour moi, cela n’avait aucun sens. D’autres voyaient la foi comme un signe d’acceptation. Curieusement, je pensais que cela pouvait se comprendre. Certains autres parlaient de la foi comme d’une expérience mystique, quasi magique, dans laquelle ils visualisaient et acceptaient une réalité suprême qu’ils ne comprenaient pas. Une fois de plus, à mes débuts dans le programme, cela pouvait se comprendre. Lorsque j’ai véritablement « saisi » le programme, j’ai commencé à penser activement à la question de la foi, car aucune des définitions ou explications que j’avais entendues ne semblait complète.

À mes débuts dans Al-Anon, il me semblait que si Dieu existait vraiment, Il était une entité indifférente, sans point commun avec ma vie telle que je me la représentais. Au contraire, ma vie était gouvernée par le chaos et le hasard. J’avais l’impression d’être à la merci du destin. J’ai réalisé plus tard que, contrairement à ce que je pensais, ma Puissance Supérieure ne m’avait pas abandonné. C’était moi qui l’avais abandonnée.

Les Troisième et Onzième Étapes m’ont permis de voir que mes attentes me limitaient et donnaient à ma vie l’apparence d’être extrêmement chaotique. J’ai pu me pencher sur le passé et reconnaître toutes les fois que ma Puissance Supérieure était intervenue dans ma vie pour me guider – alors même que j’étais incapable de reconnaître et de comprendre Son intervention. Petit à petit, j’ai regagné la foi en une Puissance supérieure à moi-même.

Je me rends maintenant compte que je n’avais aucun rôle dans tout cela. Les problèmes et l’abus d’alcool des « alcooliques de ma vie » n’étaient pas mon problème. J’ai appris que ma Puissance Supérieure était capable de faire – et ferait – pour moi ce que j’étais incapable de faire pour moi-même. J’ai développé une relation étroite avec ma Puissance Supérieure. Je peux maintenant Lui demander de l’aide lorsque j’en ai besoin, et m’en remettre à Elle sans essayer de remodeler les choses à ma façon. J’ai appris que je dois fournir les efforts que ma Puissance Supérieure attend de moi.

Il n’y a aucun doute que ma Puissance Supérieure œuvre dans ma vie. Cependant, notre relation est telle que, bien que j’accepte les choses et les gens tels qu’ils sont, je ne me sens pas obligé de cesser de me poser des questions et de comprendre. Au contraire, j’ai réalisé que cela faisait partie de l’affermissement de ma foi. J’ai une meilleure compréhension de moi-même et des desseins de ma Puissance Supérieure. En bref, c’est ma foi qui me permet de mieux me sentir dans ma peau, d’avoir une compassion sincère pour autrui et de faire du travail de service.

Ma vie dans Al-Anon n’est peut-être pas parfaite, mais je continue de progresser parque j’ai foi en ma Puissance Supérieure, en mon programme et aux membres de notre fraternité.

Par Bill D., Arkansas