L’histoire d’un adolescent : j’étais aux prises avec l’alcoolisme de mes parents

Dans la vie, nous devons tous traverser de nombreuses épreuves, mais chacun réagit différemment. Certains se libèrent par l’écriture; d’autres par les poings. Ma famille à moi choisissait de noyer ses problèmes dans l’alcool.

Étant seulement âgé de six ans, je ne me rendais pas compte que ma famille avait un problème. À travers les yeux de ce petit garçon curieux, le monde semblait immense et rempli de merveilles; mais le fait de vivre avec des parents alcooliques l’avait tellement rétréci que j’étais incapable d’exprimer la peur que je ressentais.

J’ai rapidement appris à deviner ce que mes parents pensaient ou ressentaient. Il était important que je sache d’avance si j’allais me retrouver dans un foyer chaleureux et aimant (comme un foyer se devrait d’être) ou dans un champ de bataille – où chacun craignait d’exprimer ses véritables sentiments.

Finalement, mes parents ont décidé qu’il serait mieux que ma mère s’en aille. À cette époque-là, la sobriété de mes parents était sporadique. Un jour, mon père est sorti un vendredi soir en nous laissant, mon ami et moi, seuls à la maison.

Comme il ne revenait pas, nous sommes allés chez mon ami. Quand mon père est passé me chercher, il se remettait encore de sa « cuite ». Il m’a dit qu’il voulait changer.

Peu de temps après cela, j’ai vu ma mère et elle était sobre. Elle a mentionné Alateen et je lui ai dit que j’allais essayer le programme. J’ai dit à mon père que je voulais y aller et il a décidé d’essayer AA. C’est ensemble que nous avons commencé notre cheminement vers le rétablissement.

Je me rappelle très bien ma première réunion, même si j’ai l’impression qu’elle remonte à longtemps. Un grand nombre de jeunes plus âgés que moi étaient présents et nous étions tous de parfaits étrangers. Alors que je cherchais un coin sombre où je pourrais me cacher, une jeune fille de 18 ans est venue s’agenouiller devant moi pour se mettre à mon niveau. D’une voix rassurante, elle m’a demandé avec un aimable sourire : « Es-tu nerveux? » J’ai immédiatement répondu que oui en hochant de la tête. Elle a posé les mains sur mes épaules tremblantes, les a secouées vivement et a crié : « Détends-toi! » J’ai sursauté. Tout le monde a ri et m’a donné une accolade. À ce moment-là, la peur et la tension que j’avais dans le cœur se sont envolées. Pour la première fois depuis longtemps, je me sentais aimé. Je ne pouvais m’empêcher de sourire et de rire avec les autres membres du groupe. Pour la première fois depuis longtemps, j’étais vraiment heureux.

J’ai pleuré et j’ai donné mon témoignage au cours de cette première réunion. Cela m’a fait tant de bien – c’était comme si je flottais sur un nuage. J’ai assisté à cette réunion pendant plusieurs années sans en manquer une seule.

Je pense à ce que ma vie aurait été si je ne m’étais pas rendu à cette première réunion Alateen. J’aurais pu me faire du mal ou blesser quelqu’un d’autre. J’aurais pu me retrouver en prison ou bien devenir alcoolique. Lorsque j’imagine ce que ma vie aurait pu être, je pense que j’ai vraiment de la chance : ma Puissance Supérieure m’aimait tant qu’Elle m’avait guidé vers le programme.

Alateen ne m’a pas « réparé » et ne m’a pas rendu parfait. Le programme m’a montré comment organiser ma vie pour en apprécier les fruits. J’ai appris que la vie vaut la peine d’être vécue. Être heureux, c’est regarder le jeu de cartes que Dieu m’a distribué, me détendre et sourire. Peut-être n’ai-je pas une « bonne main », mais il y a des chances que celle-ci ne soit pas la pire non plus.

Par Jeremy