Le bulletin Le lien

Maman, je ne savais pas que tu étais aux prises avec l’alcool et les médicaments par ordonnance.

Pendant huit ans, à cause de l’alcoolisme, j’avais mené une vie faite d’accumulation d’émotions. J’ai vécu dans la solitude; minée par la dépression, l’inquiétude incessante et la panique. Contrairement à une personne qui a la manie d’accumuler des objets, j’avais accumulé «  des chagrins ».

Je pense que beaucoup de personnes, à leurs débuts, ne sont pas certaines d’avoir leur place dans Al‑Anon. Je sais que je ne pensais pas appartenir au programme, parce que je ne vivais plus avec un alcoolique depuis de nombreuses années. J’ai grandi dans le contexte du mal familial de l’alcoolisme et plus tard, j’ai épousé, puis divorcé d’une alcoolique. Aujourd’hui, je suis extrêmement reconnaissant envers mon premier Parrain qui m’a montré que les enfants adultes d’alcooliques sont les bienvenus dans Al‑Anon.