Une mère aux prises avec l’abus d’alcool et de drogue de son fils

Je pensais que si seulement je parvenais à éloigner mon fils de ses « mauvais » amis, il retrouverait la raison et cesserait de boire et de consommer de la drogue. J’ai passé plusieurs années de ma vie à essayer de le secourir de ses mauvais choix. C’était comme s’il était au bord d’un précipice sombre et sans fond; j’essayais de l’empêcher d’y tomber, mais il me poussait à l’écart. J’écoutais discrètement ses conversations, tout était motif pour le priver de sorties et je l’épiais jour et nuit. Mes efforts étaient vains!

J’étais à bout de force. J’avais perdu du poids et j’étais sur le point de perdre mon emploi. Je ne fréquentais plus mes amis parce que je craignais qu’ils ne me posent des questions sur mon fils. J’étais bien déterminée à lui faire entendre raison. Mon obsession était sans bornes.

Un jour, tard dans la soirée (je dormais rarement à l’époque), j’ai vu une voiture avancer dans l’allée de garage, tous feux éteints. Dans la pénombre, j’ai vu mon fils s’approcher du véhicule. Je suis sortie en trombe pour l’empêcher de partir. Quand il m’a vue, il est rapidement monté dans la voiture, puis ils sont partis à toute allure. Simplement vêtue de ma robe de chambre, j’ai couru après la voiture, leur criant de s’arrêter.

N’ayant pas mes lunettes, je n’avais pas pu relever le numéro de la plaque d’immatriculation pour appeler la police. Je savais avec qui il était parce que j’avais reconnu la couleur de la voiture. Je ne le voyais pas pendant plusieurs jours puis il rentrait lorsqu’il n’avait plus d’argent.

Cette scène insensée – et beaucoup d’autres comme celle-ci – s’était « répétée ».

Après l’entrée de mon fils dans un centre de traitement, on m’a suggéré d’essayer les réunions Al-Anon. J’ai assisté à plusieurs réunions. J’ai commencé à les apprécier de plus en plus; il y avait tant de chaleur et de sérénité. J’ai fini par trouver un endroit où je pouvais me reposer et revitaliser mon esprit. Même en présence de parfaits étrangers, je ressentais de l’amour dans chaque réunion parce que nous avions une chose en commun : la vie dans le contexte de l’alcoolisme.

Mon fils a pris la décision de ne pas continuer AA. Il a pris un appartement à l’âge de dix-huit ans. Nous restons en contact et notre relation demeure saine. Cela fait maintenant plus de deux ans que j’assiste aux réunions. J’ai une Marraine et je lis quotidiennement la documentation Al-Anon. Je suis très fière de mes progrès. J’ai découvert qui je suis vraiment grâce aux Douze Étapes. J’ai aussi appris à donner un amour inconditionnel à mon fils.

La semaine dernière, il m’a téléphoné pour me demander si lui et ses amis pouvaient venir chez nous pour regarder un match de football. Il avait l’air d’être en bonne santé, alors j’ai accepté. Nous avons cuisiné, joué au billard, regardé la télévision et joué au baseball. Au moment de partir, mon fils et ses amis nous ont embrassés et serrés dans leurs bras pour nous dire au revoir. Alors que leur voiture quittait l’allée de garage, j’ai remarqué un cellulaire sur le canapé. Je l’ai pris et je suis sortie en trombe pour rattraper la voiture, faisant des signes de la main et leur criant de s’arrêter. Ils sont sortis pour voir ce que je voulais et j’ai failli éclater de rire en pensant que cette situation était du déjà vu. Au moins, cette fois-ci, je ne leur avais pas couru après en robe de chambre.

Par Caroline G., Kentucky